Le secteur du luxe et de la grande distribution viennent de se trouver une nouvelle coqueluche: le bâtiment de la Cité des Doges, à Venise, s’est transformé en une gigantesque surface, – 7000 m2 – accueillant commerces, mais aussi restaurants et centres artistiques. Face à la dévorante mode de l’universalisation des grands magasins dans les espaces citadins, le « Fondaco dei Tedeschi » fait office d’ovni. LVMH et sa société DFS, qui ouvre ici son premier point de vente en Europe, ont décidé de répondre aux attentes des clients d’une expérience centrée sur l’ambiance de la ville et ses produits locaux. Dans cette nouvelle organisation, le célèbre premier étage, normalement réservé aux produits de beauté, accueille ici les artisans locaux: objets de verre de Murano, souliers de gondoliers et autres masques vénitiens. Dernière nouveauté, DFS n’a pas accordé de concession aux griffes de luxe. Elle leur achète les articles de son choix et emploie ses propres vendeurs.

Il semblerait donc que le secteur du luxe, bien souvent figé dans son schéma de distribution classique, se soit enfin remis en question, le tout pour offrir à ses précieux clients une expérience bien plus proche des leurs attentes… « Chi va piano va sano et va lontano »!

Lire l’article ici