Chaque année, pour les fêtes de fin d’année, des millions de personnes peuvent admirer les mises en scène dans les vitrines prestigieuses du boulevard Haussman. Si ces vitrines offrent un spectacle toujours plus étourdissant d’une année sur l’autre, elles seront, à coup sûr, très prochainement digitalisées!

Conçues pour attirer l’oeil du client et l’inciter à entrer dans le magasin, les vitrines voient leurs fonctions évoluer avec l’intégration des innovations digitales. De simples présentoirs au départ, elles endossent à présent de nouveaux rôles:  elles peuvent contribuer à engager le client à travers des animations, comme c’est le cas pour Orange qui, pour Noël en 2016, a transformé la façade de son flagship d’Opéra en une immense scène affichant un spectacle sur des écrans transparents (on peut la voir ici).

Les vitrines permettent aussi aux passants de ne plus être que de simples spectateurs mais d’endosser le rôle d’acteurs; en effet, à l’occasion de la sortie du film « Black Swan » dont elle était partenaire, la marque Repetto s’est servie d’un type de vitrine très particulier: le passant, placé à un point précis, choisissait les images qu’il souhaitait voir projetées sur la vitrine d’un simple geste de la main. Une opération qui offre une expérience différenciante et originale qui implique surtout de manière active les personnes présentes dans la rue. On inverse donc les rôles ici. Ce n’est en effet plus le commerçant qui décide de ce qu’il affiche mais le client. Un changement loin d’être anodin…

 

Les vitrines deviennent donc des points de contact qui ne sont plus seulement visuels. Même lorsque le magasin est fermé, certaines permettent toujours de multiples interactions.

A New York, par exemple, Kate Spade a mis en place sur sa vitrine une borne qui permet aux clients potentiels de passer en revue toute la collection présente en magasin sans même avoir besoin d’y entrer. Un bon moyen d’attirer leur attention avec un effet « Wahou ! » attractif, mais éaglement de susciter leur envie d’aller voir de près la collection à l’intérieur, grâce aux informations qu’ils ont obtenues. Outre les caractéristiques des produits, ces vitrines proposent parfois d’autres services comme la commande et la livraison ! Un bon moyen pour les points de vente de générer du chiffre d’affaires quand bien même la boutique fermée. C’est sans doute dans ce domaine innovant que devraient se concentrer les prochaines efforts des retailers, afin de pouvoir servir de manière toujours plus personnalisée leurs clients.

 

Le retail physique est en effet conditionné par les horaires d’ouverture et de fermeture des magasins. En proposant ce genre d’outils, les commerçants cumulent l’avantage de pouvoir capter l’attention d’un client potentiel à n’importe quelle heure, n’importe quel jour de l’année mais aussi celui de pouvoir répondre à sa requête sur place et instantanément. Profiter de l’attention du consommateur au moment où celle-ci est suscitée pour la pousser à l’acte d’achat est un avantage qui revient d’habitude au e-commerce mais que ces vitrines 2.0 se sont déjà potentiellement attribué! Avis à bon entendeur!

 

Sources :

PSFK

LSA Consommation